Newsletter septembre 2018

ÉDITO

 

Didier Maurin

Ayez du nez : investissez dans le secteur viticole !

Depuis quelques années, investir dans le secteur viticole et, par conséquent, diversifier son patrimoine, est devenu accessible à tous ! En effet, à la suite de la crise financière internationale des subprimes, le prix moyen de l’hectare de vigne d’appellation d’origine a évolué de plus de 37%, soit une progression annuelle de 4 à 5% en moyenne. Echappant à la crise, le marché du vin demeure attractif pour presque tous les investisseurs. Par ailleurs, le niveau de risque de ce type d’investissement est relativement faible.

Le moyen d’entrée le plus classique s’effectue grâce à des investissements collectifs par le biais de GFV (Groupements Fonciers Viticoles). En général, ce type de placement rapporte entre 1 et 2% par an pour les appellations classiques, et de 3 à 4% pour les domaines plus courants. En revanche, à long terme, le potentiel de plus-value est bien plus important, en particulier s’ils se trouvent dans une région aux appellations recherchées. Il est bon de savoir que les particuliers, s’ils le souhaitent, peuvent être rémunérés en nature puisqu’il est possible d’obtenir des dividendes convertis en bouteilles, lesquels auront toutes leurs chances de se valoriser par la suite.

Les domaines viticoles français sont reconnus à travers le monde pour leur qualité et leur prestige. Il est tout de même indispensable d’investir dans un terroir de qualité et reconnu. Les plus prestigieuses parcelles de vignoble situées dans le Bordelais, en Bourgogne et en Champagne seront toujours recherchées. Le placement viticole demeure donc un moyen d’investissement dans un bien tangible qui allie plaisir et rentabilité.

 

Didier Maurin
Président de Katleya Gestion

INVESTISSEMENT

ISEA Globalisation : une holding qui poursuit sa croissance

Les efforts d’ISEA Globalisation continuent à payer puisqu’à la faveur de son expérience et de sa persévérance, elle s’est progressivement développée ces dernières années. Cette société holding trouve l’essentiel de ses ressources au sein de l’immobilier international, dans lequel elle investit dans des biens à forts rendements dont la plupart des loyers lui rapportent environ 10% par an. Recherchant la stabilité et la rentabilité à long terme, elle a noué des partenariats avec des promoteurs immobiliers spécialisés et reconnus à travers le globe.

La principale force d’ISEA réside dans sa recherche constante de biens à l’étranger où il convient de saisir les opportunités qui s’offrent sur le marché. En effet, il ne s’agit pas pour cette société de trouver uniquement de l’immobilier dans les pays émergents, mais d’identifier et trouver l’immobilier au bon endroit, au bon moment. Pour ISEA, cela signifie faire preuve de stratégie sur le long terme en identifiant les projets à hauts rendements et à forts potentiels de plus-value.

Afin de trouver ceux qui correspondent à ses besoins, elle réalise bien évidemment une étude de marché en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux en poste dans chaque pays analysé. Ceux-ci contribuent à déterminer la tendance actuelle du marché local et par conséquent, à juger de la viabilité du projet.

ISEA est déjà investie sur nombre de continents : aux Etats-Unis, en Roumanie, à Bali, en Thaïlande et en Angleterre. Or, les perspectives ne manquent pas, comme en Espagne ou en Croatie, où l’immobilier a chuté de 30% voire plus ces dernières années. Bien que ce projet paraisse risqué de prime abord, l’expérience et la vision à long terme peuvent révéler les atouts d’un tel investissement.

immobilier

ISEA porte une attention toute particulière aux biens qu’elle s’approprie car si la qualité du bien, son emplacement et son attractivité sont des critères primordiaux, elle n’oublie pas l’essentiel : pouvoir les louer ou les vendre. En outre, elle garde un oeil très vigilant sur ses contrats, qu’elle choisit d’être négociés sous la supervision d’avocats d’affaires.

Des biens « en apparence » pertinents et une fiscalité « en apparence » attractive à l’entrée ne doivent cependant en aucun cas constituer le premier critère de sélection. Pour être réussi, l’investissement doit être rentable. Et qu’il s’agisse du promoteur ou de l’agent immobilier, il est primordial de rester prudent à l’égard des personnes qui gèrent, de près ou de loin, les propriétés, puisque de la qualité de leur travail dépendra en grande partie la rentabilité.

FOCUS

Investir dans l’immobilier en Hongrie

La Hongrie est un pays qui semble devenir une opportunité pour investir en Europe de l’Est. Budapest concentre plus de 2 millions d’habitants et attire de plus en plus de touristes venus du monde entier, notamment des jeunes charmés par sa vie nocturne. Forte de son dynamisme, de son développement et de sa situation géographique, la capitale hongroise peut se targuer de drainer ainsi plus de 4 millions de touristes par an.

hongrie

Des offres alléchantes pourraient nous pousser à y investir. Le prix de l’immobilier y est très attractif : on y trouve des biens dans les arrondissements les plus prisés variant entre 1 500 et 2 500 CHF le m2. Son système de santé public et privé correspond largement aux critères internationaux, voire les supplante, et les formations médicales sont reconnues.

 

Un marché axé sur les étrangers

Le marché est principalement axé sur les étrangers (étudiants, expatriés, diplomates) et sur les locations de courtes durées destinées aux touristes. Au regard de ces différents atouts et de sa stabilité économique et politique, la Hongrie se révèle un choix pertinent pour diversifier un patrimoine. Par ailleurs, si elle parvient à rejoindre la zone euro, alors le projet représentera un réel potentiel de plus-value dans le secteur de l’immobilier. En ce qui concerne les locations, la demande est considérable et la tendance ne cesse d’augmenter.

 

Rendements très attrayants

Au-delà de ces points positifs, la Hongrie affiche un fort rendement locatif avec des taux pouvant excéder 8% pour les centres commerciaux et 10% pour les entrepôts logistiques. Bien que le volume d’affaires peu élevé à Budapest constitue un risque en termes d’investissements, la destination est néanmoins porteuse d’un fort potentiel d’avenir.